Fraude sociale - Présentation



Parmi les priorités du gouvernement Di Rupo figure en bonne place la « lutte contre la fraude sociale ». Un plan a été adopté en ce sens. Cliquez ici

Il s'avère que la dite lutte contre la fraude sociale constitue une véritable chasse aux pauvres.

 

La Ministre de l'Intégration Sociale Maggy De Block a bien intégré la leçon. Au point d'en faire un point essentiel des rencontres provinciales avec les CPAS qu'elle a organisées en avril-mai 2013. Rencontres où l'aDAS était présente avec un tract. Cliquez ici



Aucun wallon ne sera traqué sur Facebook, déclare Claude Emonts, président du CPAS de Liège et de la fédération des CPAS wallons.
Et pourtant, nous en connaissons un. Il a bel et bien été espionné sur Facebook et le CPAS se base sur les “découvertes” faites sur le réseau social pour motiver son refus d’octroyer le revenu d’intégration sociale. Extraits de la décision : “Il est de notoriété publique que vous formez un ménage de fait avec Mme X.” “ Vous vous décrivez sur les réseaux sociaux – Facebook – comme étant en couple.” “Vous avez déclaré qu’il s’agissait d’un choix délibéré de conserver l’un et l’autre vos logements respectifs, vous devriez alors personnellement assumer ce choix sans recourir à l’aide sociale.”
Le CPAS lui refuse le revenu d’intégration estimant qu’un couple, ça doit vivre ensemble ! Il estime que ne pas le faire constitue une fraude sociale.
Cela nous étonnerait qu’il s’agisse du seul cas d’espionnage sur Facebook...   


Le SPP Intégration sociale - sous la direction de la Ministre à l'intégration sociale Maggie De Block - a publié en mars 2014 une étude sur la fraude sociale dans les CPAS. L'étude conclut que la fraude est marginale. Elle formule cependant des recommandations qui vont dans le sens d'un contrôle accru sur les bénéficiaires. Les moyens de contrôle préconisés posent de sérieux problèmes politiques et déontologiques. Dans la foulée de l'étude, deux Arrêtés royaux et trois circulaires ont amorcé la traduction concrète de ces recommandations.

Notre association a épluché cette étude, l'a analysé et commenté. Voici le résultat. Cliquez ici



Sur le sujet, divers articles ont été publiés dans la Revue ENSEMBLE :

- "Chasse aux pauvres : l'offensive du gouvernement tripartite" par Bernadette Schaeck, ENSEMBLE n° 77 du mois de décembre 2012, p. 30. Cliquez ici

- " "10 ans du droit au travail"...un anniversaire aussi indécent que surréaliste" par Denis Desbonnet, ENSEMBLE n°78 du mois d'avril 2013, p. 12, www.ensemble.be
 

- "Suspectée de fraude sociale" par Judith LOPES CARDOZO, Ensemble 82, illustre les dérives de la lutte contre la fraude sociale et prouve par un cas concret qu'elle entraîne souvent le non-respect des droits élémentaires. En effet, Clarisse est soupçonnée à tort de cohabitation avec le père de son enfant et subit une fouille en règle de son habitation. La présence d'un tailleur jugé masculin, une enquête bidon de voisinage, sont des éléments qui entraînent le retrait de son aide. Cliquez ici.




jpg_dessin517_titom_statut_cohabitant.jpg





Date de création : 18/09/2013 @ 12:59
Dernière modification : 28/10/2014 @ 13:17
Catégorie : Fraude sociale
Page lue 2925 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

 



Articles
Dossiers
Nos actions
Cas concrets CPAS
Législation
Archives lettre d'infos
Nouvelles
Nouvelles des Amis
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
99 Abonnés
Visites

 163582 visiteurs

 1 visiteur en ligne

Nous contacter
^ Haut ^